Appel aux Corses*

0
 

By squadra

« Nous sommes, toutes et tous, les fruits d’une très longue démarche, collective, de volonté et de dignité, qui a pris sa source, il y a soixante ans, à l’Argentella, pour constater l’état de ruine de notre patrie, sur tous les plans et surtout sur le plan démocratique, moral, économique, social et culturel. La défaite de Ponte Novu, en 1769, a induit la domination française faite de répression puis d’assimilation forcenée, enracinée sur la négation totale de la démocratie, niée et piétinée comme dans les territoires coloniaux.

Domination qui n’a pu trouver son accomplissement funeste, bi séculaire, que par la collusion, intéressée de la tutelle et des dynasties politiques clanistes ; liées, conjointes et solidaires, – par intérêt d’État pour la France et d‘intérêts personnels pour le clan –, elles ont dévasté, désespéré la Corse ; ont tenté de la spolier de son patrimoine, de sa terre, ont contraint son peuple à l’exil, désertifié l’intérieur et ont nié sa culture. L’État et le clan ont créé, nourri, radicalisé la contestation corse contemporaine et surtout la jeunesse.

L’histoire du peuple corse, depuis plus de mille ans, est faite de résistance féroce, constante, aux systèmes dominants qui ont voulu nous soumettre et d’une exigence, d’une soif de liberté irrépressibles. Notre ADN.

Le déclic contemporain est venu en 1960, à l’Argentella quand la France a voulu faire de la Corse une terre d’expérimentation nucléaire ; et depuis cette date, les patriotismes de différentes factions, appartenant à notre mouvance,- et très souvent accompagnés par les forces de progrès du monde économique et social, culturel, écologique… – ont alimenté les luttes, forgé la conscience nationale, préservé les terres et la culture ; elles ont subi la répression et les deuils, enduré les souffrances ; certaines ont failli sombrer dans des dérives, heureusement limitées et surtout dans les affrontements fratricides, très heureusement circonscrits par une volonté salvatrice de tous les militants des différents courants.

L’essentiel a été préservé; nous avons eu trois différents statuts insuffisants, médiocres, dilatoires et remporté, par et dans l’union, des victoires notables, à la mairie de Bastia en 2014, à la CTC en 2015, aux dernières élections législatives, en 2017; de plus, la Corse préside la Commission des Iles de l’UE, un gage évident de confiance pour représenter environ 22 millions de personnes ; elle est mandatée pour faire enfin comprendre à Bruxelles que les situations spécifiques, liées à l’insularité, à l’éloignement, au caractère montagneux, aux retards de développement, doivent désormais être pris en compte et traitées de manière différenciée. Au nom du simple bon sens, de l’équité et de l’efficacité. Nous sommes donc devenus des acteurs, certes modestes mais reconnus et actifs, de la sphère internationale.

Aujourd’hui nous allons affronter des élections territoriales, en Décembre 2018, qui seront décisives. Nous avons le devoir et la capacité, unis aux forces de progrès sur une base programmatique, de défaire définitivement le système claniste et de contraindre l’État au dialogue.

Janvier 2018 marquera l’arrivée de la Collectivité unique ; inadaptée et insuffisante, elle nous a été imposée mais, cependant, la suite sur

Source:: Appel aux Corses*

 

Leave A Reply