Après la manif de Nantes, quelle lutte pour la réunification et l’autodétermination ?

0
 

By admin

Le 30 septembre dernier alors que Bretagne Réunie , ou tout au moins une partie de sa direction se refusait au dernier moment à défiler dans Nantes pour l’unité de la Bretagne, le collectif 44= Breizh et la Gauche Indépendantiste avaient eux décidés d’occuper les rues de la capitale historique de la Bretagne.

Prés de 400 personnes ont bravés les appels à la démobilisation. Le cortège s’est déroulé sans aucun incident et dans une atmosphère déterminée mais familiale . Beaucoup de drapeaux de nations sans état coloraient le cortège, tout commes les drapeaux féministes et antifascites. Les banderolles de 44= Breizh et de la Gauche Indépendantiste rappelaient clairement que la ligne politique à mettre en avant dans le combat pour la réunification est celle du droit à décider en tant que peuple, celui du droit à l’autodétermination.

On pouvait rencontrer dans le cortège des vieux routiers du mouvement pour le retour du pays Nantais en Bretagne comme Yann Chouq, ou Patrick Mareschal , Jean-Do Robin, Per Vari Kerloc’h mais aussi beaucoup de militants de bases de Bretagne Réunie de Pornic ou Saint-Nazaire par exemple déboussolés par la désertion de leur dirigeants.

Beaucoup ont noté la moyenne d’age trés peu élevé du reste des participants, et la banderole de la Gauche Independantiste était exclusivement portée par des femmes. Les militants des autres composantes du cortège anticapitaliste ont eux aussi contribué au succès relatif de ce cortège jeune, dynamique, clairement anti raciste, pour réclamer le retour de Nantes en Bretagne. Bref, l’ambiance inverse de celle qu’on a pu voir dans les manifestations passéistes et infiltrées par l’extrême droite ces dernières années.

Les fascistes eux n’ont pas montrés le bout de leur nez, et les responsables au sein de Bretagne Réunie qui semblent avoir prit en catimini les décisions d’annulation contre l’avis de leur base en évoquant des risques de troubles et de violences vont devoir s’expliquer sur les responsabilités réelles de leur fiasco, tant politiques que conjoncturelles, tout comme de leur étrange complaisance revenant à mettre sur le même plan l’extrême-droite et les antifascistes.

La Gauche Indépendantiste en breton et en français à lu la déclaration de solidarité internationale avec le peuple catalan à la veille du 1er octobre, puis une militante a lu le message suivant

 » Nous sommes bretons et de Brest à Clisson , de Fougères aux Glénans et nous pensons qu’il est légitime que nous puissions décider collectivement de notre destin en tant que peuple. Le premier de ces choix que seul le peuple à le droit de faire est celui de déterminer le périmètre institutionel de notre pays, la Bretagne. Nous devons oeuvrer ensemble pour réunir les conditions permettant au peuple breton de librement se déterminer pour un autre modèle , institutionnel, démocratique, social et environnemental sur l’ensemble de la Bretagne historique. Pour ce faire nous avons besoin d’un nouveau cadre d’action collectif, transcourant, apartisan , ouvert, accueillant sans discrimination d’origine, de confession, ou d’orientation sexuel tous ceux et celles attachés à cet objectif. Ce nouvel la suite sur

Source:: Après la manif de Nantes, quelle lutte pour la réunification et l’autodétermination ?

 

Leave A Reply